A-Mo

Artiste autodidacte né en 1982, vivant à Bordeaux et initié à l’art urbain à la fin des années 90, A-MO a depuis expérimenté le pochoir et développé une technique qui consiste à peindre en superposant des tags (signatures stylisées). Les tags, réalisés principalement à la bombe de peinture ou au marqueur, se chevauchent comme les couches de peinture à l’huile d’un « tableau classique ». L’artiste appelle cela «  le Paintag  ».
De près l’observateur ne voit qu’un enchevêtrement de signatures et de mots, de différentes tailles, couleurs et formes. C’est en prenant du recul que l’œuvre révèle une deuxième lecture : les tags se font oublier progressivement et le sujet se dévoile. Souvent considéré comme l’une des principales dégradations visibles dans les rues, rapidement nettoyé ou recouvert, le tag est ici volontairement mis en avant en devenant la composante exclusive de ses œuvres. A-MO propose ainsi une autre perspective, plus positive et décalée,   de cette discipline indissociable du mouvement graffiti.

Un univers coloré et instinctif, la « jungle urbaine » est son principal lieu d’expression et la nature son sujet de prédilection. L’artiste choisi de ne pas s’enfermer et travaille aussi bien avec les galeries que les particuliers ou bien encore dans la rue et continue de peindre illégalement avec la volonté d’être accessible à tous et de partager avec le plus grand nombre. «  Le travail dans la rue et sur toile m’apportent énormément et sont, pour moi, complémentaires. Je ne les oppose pas et n’en privilégie aucun, ils m’apportent, l’un comme l’autre, des éléments nécessaires à mon développement artistique et créatif.  » Dixit A-MO.

Vainqueur du concours national d’art urbain des Vibrations Urbaines 2015, A-MO intègre la prestigieuse collection privée de Bernard Magrez en 2016.

J’ai  participé au projet Wonderwall car je trouve le concept excellent et le fait de découvrir une ville et de nouveaux artistes  est vraiment motivant. J’ai toujours souhaité bouger hors de ma ville (Bordeaux). Peindre est une chance et le faire dans ces conditions avec un concept intéressant et des gens passionnés est une aubaine.
J’ai beaucoup aimé travailler avec les autres artistes présents. J’ai eu la chance de peindre cette fresque avec 4 autres artistes que j’ai appris à connaître sur site. La réalisation en elle même m’a beaucoup plu. Je suis très content du rendu, chacun a apporté sa touche personnelle et pour ce qui est de ma partie, j’ai vraiment le sentiment d’avoir pu exprimer mon style, sans contrainte. J’aime bien le caméléon que j’ai réalisé et globalement c’est une fresque agréable à regarder qui à une unité intéressante malgré les différents styles.c’est un pur bonheur de voir des projets si bien organisés et de rencontrer des gens autant investis, qui font bouger les choses avec passion. J’ai simplement adoré.

A-MO is a self-made artist born in 1982. He lives in Bordeaux. He started street art at the end of the 1990s. He has been experimenting stencil and developping a new technique of painting by superposing tags. The tags are mainly sprayed or made with markers, superimposing layers of oil paint like on a classic canvas. The artist calls this technique « paintag ». When you are close to the work, you can only see words and signatures of different sizes shapes or colors intertwinned. But if you step back, you can have a second interpretation : the tags fade away to make way for the real work. Tags are usually considered as degrading the streets but here it is enhanced to become the keystone of the work of art. A-MO offers a new different positive perspective of the grafitti movement.

The colorfull and instictive urban jungle is his main playground and nature is his favorite subject. The artist has chosen to be open-minded and can work both with galleries or with independant people or even in the streets and he keeps on doing illegal grafs because he wants to reach everyone and share with has many people as possible. « Working in the streets and on canvas are both important to me, and they are complementary. They are not in opposition. I don’t put one first. They both give me something to develop my creativity and my art. »

A-MO won the Urban Vibrations national street art contest in 2015 and integrated Bernard Magrez’s collection in 2016.

I took part in the Wonderwall project because I love the concept and I like discovering a new town and new artists. It is really motivating. I’ve always wished to work outside of my town (Bordeaux). I’m very lucky to paint with these conditions with an interesting concept and with passionate people.

I loved working with other artists. I was lucky to paint this fresqua with four other artists I met on the project. I loved the making of it. I’m very happy about the work because everybody gave his touch to it and as far as my part went, I feel I really gave a part of me without any contraints. I particularly like the cameleon and the fresqua is really pleasant and has a unity despite of the different styles. It’s a real joy to see well organized projects such a s this one and to meet people who give a lot, who are willing to make things move with passion. I just loved it.